26 janvier 2014

Progression

L'air de rien, le cerveau en latence et l'analyse en sous-marin, je progresse. Pas à pas, on ne s'en rend pas compte, si on ne se retourne pas.Il y a déjà quelque temps que je me disais ; je n'appartiens pas à l'hôpital, je n'appartiens pas à mes supérieurs, et mon savoir ne peut se convertir en actes tarifés qui sont partie d'une chaine qui n'aboutit qu'à créer du capital. J'appartiens bien à cette future liberté vers laquelle, chacun à sa façon, nous tendons tous. J'appartiens à cette liberté à la fois individuelle et... [Lire la suite]

09 novembre 2013

Violence et Maltraitance

Après quelques discussions sur Twitter avec Babeth, Miette, Soskuld, La Crabahuteuse et Wild Child, autour de la "maltraitance", nous nous sommes donné le mot : que chacune planche sur le sujet. Un retour sur soi, un partage des défaillances : celles qu'on a rencontré à l'extérieur ou à l'intérieur de soi.Si je fais le point sur mon rapport (écrit) à la maltraitance, je reconnais que j'en ai pas mal parlé sur ce blog, déjà. La maltraitance institutionnelle, surtout. Il faut dire que j'ai eu pas mal l'occasion de me... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 19:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
15 octobre 2013

Etre, devenir, paraître, sembler, demeurer, rester, avoir l'air, passer pour.

De loin, au aurait dit un grand ours, trop grand pour son âge, un peu balourd. Il a passé la porte. Oui, il est venu jusque là, il est entré et s'est avancé dans le grand hall.Je viens à lui, l'accueille, et il me sert mollement la main, la sienne est toute moite. Il regarde ses pieds. Je lui demande de me suivre dans une pièce, je le fais asseoir, il se pose, yeux baissés, mains jointes, pieds rentrés.Je lui demande ce qui lui arrive, ce qui l'amène. Il lève furtivement les yeux vers moi en répondant : je sais... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 23:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
10 octobre 2013

Le poisson naïf dans la poêle à frire (ou petit medley des dernières semaines)

Il me manque, ce temps où l'acte le plus osé pour se faire mousser ou pour se démarquer de l'équipe était de marquer un mot dans le cahier de consignes intra-équipe.Elle me manque, cette simplicité où, une fois la blouse enfilée, on prenait les transmissions et on enchainait avec notre taf auprès des patients.Je suis dans un autre monde.Une petite équipe, sans service logistique ni chargé de communication, sans identité soignante marquée, un mélange des champs professionnels sociaux, sanitaires et éducatifs que les gens... [Lire la suite]