La graphorrhée du monoblogue

08 septembre 2017

Yacinthe

L'avait-elle aperçue au loin, dans les heures blafardes d'une nuit de fête, cet été deux-mille dix-sept à Amsterdam ? Ou était-ce plus sournois, sous-jacent - une ancienne image imprimée comme en relief, dans sa mémoire d'enfant ? Elle ne sut me le dire. Quelque chose était venu se greffer, toutefois, sur cette image sexuelle. Ce premier rapport qu'elle décrivait forcé - "j'ai jamais appris à dire non", comme une justification d'elle-même. C'est ainsi que Yacinthe, après des mois passés au fond de son lit, ses cheveux blonds sales... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 septembre 2017

Le père de Gulven

Il a des yeux bleus pâles estompés par de larges lunettes carrées aux verres épais. Il semble sur le point de pleurer à chaque fois qu’il prononce une phrase – mais aucune larme ne coule jamais. Ce visage apathique et abattu s’accorde avec une silhouette stable, sans tremblements, tranquillement installée dans le fauteuil me faisant face. Je débute les entretiens presque toujours de la même manière – réservant les formalités administratives à la conclusion, je brise la glace avec un « qu’est-ce qui vous amène ici,... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2017

Aglaé

Aglaé a vingt-quatre ans. Son visage est carré, ses pommettes hautes et son port altier. Elle a le physique d'une Aphrodite égarée en ce bas monde. Ses yeux, troublés lorsqu'elle prend place pour la première fois en face de moi, sont d'un vert trouble, tacheté d'or et de noisette. Tous les soirs, Aglaé met entre deux et quatre heures à s'endormir. Elle n'a jamais parlé à personne de tout ce qu'il se passe dans sa tête à ce moment là. Le moment du coucher, c'est celui où se déploie sa journée, "je me repasse le film", me dit-elle, "je... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2017

Présentations (mise à jour)

Qui dit reprise en main (sérieuse) de blog, dit petite mise à jour dans les présentations (oui, "les" : je vous invite à vous présenter en commentaire, si vous le souhaitez).Parce qu'il y a eu pas mal de rebondissements et de tournants depuis ma « simple » activité en tant que fonctionnaire à l’hôpital. Pour reprendre le contexte et préciser un peu : après presque trois ans de bons et loyaux services à l’hôpital public (et plus de quatre ans si on compte les stages), en psychiatrie (secteur fermé), j’ai levé le camp, j’ai... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2015

Ingratitude et ambitions secrètes

Voir les mêmes visages tous les jours. Partager les mêmes réflexions et analyses. Entendre toujours les mêmes histoires anecdotiques : les enfants, la maîtresse, l'école, les parents, la belle-mère, la petite-amie, les projets immobiliers, le sport du dimanche, les dernières promotions commerciales, les difficultés des transports en communs, les travaux dans telle commune... Et, fatalement, la météo. Avoir un rôle pareil, du jour passé jusqu'au lendemain. En être fatigué, et presque le montrer. Puis, culpabiliser, parce que c'est... [Lire la suite]
18 août 2015

La nouvelle vie

Un souffle d'air m'a fait délaisser l'écriture sur ce blog depuis début 2014, mais je compte bien y revenir. Parce que c'est important pour moi de tracer ce qu'il se passe dans mon quotidien d'infirmière, même si je n'écris pas tout, même si je suis partiale, assujettie à mes propres perceptions.Ma graphorrhée habituelle a laissé place à un quasi désert lexical, qui fait peine à voir : peu d'articles, et peu de substance dans ceux que j'ai réussi à expulser ; si je les avais dits à l'oral, ç'aurait été d'une voix blanche. Parce que... [Lire la suite]
09 juin 2015

Juliette

Juliette est jeune, elle n'a pas encore passé la vingtaine. Elle n'est pas très grande, elle fait peut-être moins d'un mètre soixante. Toujours vêtue d'un jean boyfriend et d'un haut - pull ou t-shirt selon la saison - couleur passé - que ce soit un taupe grisonnant, un rose terne ou un vert morne. Elle trimballe toujours le même sac à main, un sac d'étudiante en simili cuir avec de grosses boucles en fer, assez grand pour contenir ses livres d'études. Le sac, elle le garde contre elle en entretien. Elle ne le pose jamais nulle... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
17 avril 2014

Complexe

Maxime est de ces patients que j'ai du mal à accueillir. Au premier abord, il est plutôt sympathique, ou disons plutôt qu'il fait pitié. Il est assez figé, puis il pleure, expliquant qu'il est la victime de tout le monde : ses parents qui le laissent tomber (il les a un peu frappés, mais bon, faut dire aussi qu'ils étaient chiants), ses professeurs qui ne le soutiennent pas (bon, il n'a été sur les bancs que quelque semaines, mais c'est de la faute des profs, ils ne savaient pas rendre leurs cours intéressants), les assistantes... [Lire la suite]
Posté par monoblogue à 01:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,